22 November 2017

Le kit de démarrage

Pensez a laisser un commentaire, une surprise vous attend !

Share Button

Le VDI achète le kit de démarrage avec le sourireLe kit de démarrage, passage obligé pour entrer dans une compagnie de MLM !

Toutes les entreprises de MLM demandent  aux nouveaux distributeurs d’investir un peu d’argent dans un kit de démarrage. Le prix de ce kit de démarrage peut-aller selon l’entreprise d’une cinquantaine d’euros jusqu’à plusieurs milliers d’euros !

Certaines personnes surtout celles qui viennent du système salarial classique ont beaucoup de mal à comprendre l’obligation de mettre la main à la poche pour pouvoir travailler.

Je vais donc vous donner une explication pour essayer de vous éclairer là-dessus, et vous faire prendre conscience de l’importance de démarrer avec un mini stock de produits.

En effet, ces entreprises ont raisons d’imposer l’achat d’un kit car il est bien plus facile de parler de quelque chose que l’on a soi-même essayé et testé comme par exemple les produits cosmétiques, ou les parfums que l’on utilise de toute façon tous les jours. Ou encore les produits de nutrition et les compléments alimentaires que l’on consomme de plus en plus pour avoir une bonne énergie et la pleine forme.

Ceci dit, je connais des vendeurs qui vendent des voitures de luxe (Ferrari, Porche…)  Et eux-mêmes n’ont pas les moyens de s’en offrir une, ça ne les empêche pas d’en vendre.

Croyez-vous que les vendeurs de meubles possèdent les plus beaux meubles de leur magasin ? Bien sur que non.

Croyez-vous que les vendeurs d’appareils HI-FI possèdent eux-mêmes les beaux téléviseurs dernier cri et autres appareils de luxe qu’ils vendent ? Bien souvent non, car ils ont un petit salaire de vendeur plus une petite commission sur le chiffre réalisé afin de leur mettre une carotte et les motiver un peu plus et pourtant ca ne les empêche pas de vendre des produits qui valent le triple de leur salaire mensuel et même beaucoup plus comme par exemple chez les vendeurs de voitures de luxe !

Donc avoir le ou les produits soi-même pour pouvoir mieux en parler n’est justifié que si le vendeur est indépendant. Pourquoi ?  Car les vendeurs dont je vous ai parlé plus haut sont des salariés. Leur patron met tout à leur disposition. Ils ont les produits en stocks pour les montrer, les démontrer, et les faire essayer à leurs clients.

Le VDI est un franchisé !

Le VDI exerce seul son activité directement chez le client. Il devra donc obligatoirement avoir quelque chose à montrer et à démontrer à son prospect, sinon pas de vente possible !  Et vu qu’il n’est pas salarié, il devra tout comme un franchisé acquérir son matériel de démarrage.

Lorsqu’un commerçant souhaite rejoindre un groupe de franchisés comme par exemple « Mac Do » il devra payer des droits d’entrée, le stock de départ, le loyer du local, les assurances, etc… ce qui représente selon les franchises de quelques dizaines de milliers d’euros à plus d’un million d’euros pour d’autres. Vous imaginez bien que l’on ne va tout de même pas leur donner une boutique, un entrepôt ou un magasin avec un stock de marchandise qui peut valoir des dizaines de milliers d’euros gratuitement, rien que pour leurs beaux yeux ? Pour devenir franchisé il faut déjà posséder un bon petit capital avant même de commencer à travailler.

Les VDI (Vendeurs à domiciles indépendants) sont comme vous venez de le lire (indépendants) exactement comme un franchisé.  On leur offre une affaire clé en main sur un plateau d’argent ! Le VDI reçoit tout le nécessaire pour effectuer son activité : mallette de démarrage, ou kit de démarrage comprenant les documents administratifs, bons de commandes, flyers, dépliants, DVD, catalogues… Ainsi qu’un échantillonnage de produits, afin qu’il puisse soit les revendre, soit les utiliser lui-même, ce qui lui permettra de mieux en parler. Car il est effectivement bien plus simple de parler d’un parfum si on a pu l’utiliser et le sentir avant. Il est bien plus facile de parler d’une crème antirides, d’une crème de jour, etc… Si on l’a testé soi-même etc…

Tout comme les franchisés, le VDI devra donc acquérir un mini stock de produits et un kit de démarrage mais il ne payera pas plusieurs dizaines de milliers d’euros, mais seulement une centaine d’euros en moyenne. Il aura les mêmes avantages qu’un franchisé : notoriété du groupe qu’il va rejoindre, notoriété des produits commercialisés par ce groupe, site Internet d’entreprise, PLV… et l’indépendance, car il n’a ni chef, ni patron. Le patron c’est lui !

Alors si vous souhaitez devenir votre propre patron et investir 100 ou 200, € vous fait râler, je vous donne un bon conseil, restez salarié. Continuez de bosser pour le SMIC et continuez à subir le sale caractère de votre chef ou de votre patron et partez tous les matins au boulot avec le moral à zéro.

Nous les VDI nous nous levons tous les matins avec la banane, nous chantons sous la douche, et personne ne nous dit ce que nous avons à faire !  Elle est pas belle la vie ? 

Et vous, qu’attendez-vous pour nous rejoindre ?

Intéressés ? Alors contactez-moi, et je vous dis tout !

Jean Charles Weber

Share Button

Comments

  1. Bonjour Jean Charles,

    Super article et riche en informations.
    Effectivement, en tant qu’entrepreneur en marketing de réseau, nous rencontrons souvent des objections à ce sujet.
    Et comme vous le dites si bien, c’est parce que les personnes réfléchissent comme des salariés et non comme des chefs d’entreprises. Si la personne est réticente d’investir l’argent nécessaire pour démarrer une activité, c’est d’après moi une question de motivation. Qu’en pensez-vous ?

    Cordialement,

    Jason
    Jason Articles récents..Le scandale Nu Skin en ChineMy Profile

    • Bonjour Jason,

      Tout d’abord, merci pour votre commentaire.

      Effectivement, ce n’est qu’une question de motivation comme vous le soulignez. Tous les commerciaux connaissent ce que l’on appelle « la fausse barbe » ou fuite du client qui ne veut pas vous dire en pleine figure « ça ne m’intéresse pas » Il va donc se chercher des excuses plus ou moins bidons pour se défiler.

      Et ces excuses du genre: « ce n’est pas pour moi » ou « je n’ai pas les moyens », « je n’ai pas de temps à consacrer à cela » « il faut que j’en parle à ma femme » « je ne sais pas vendre » « je n’y connais rien dans la vente » et surtout celle-là dont il est question dans l’article: « je ne vois pas pourquoi je devrais payer pour pouvoir travailler » sont très révélatrices sur l’état d’esprit du prospect. C’est un prospect froid et désintéressé, souvent grand amateur d’allocations de chômage, de RSA ou autre allocation pouvant s’empocher sans travailler.

      Il s’agit de personnes qui se croient en sécurité lorsqu’elles ont un petit job rémunéré au SMIC et qui passent leur vie à se plaindre des conditions difficiles de leur travail ennuyeux et pénible et du sale caractère de leur chef mais qui ne feront jamais rien pour améliorer leur situation.

      Lorsque l’on rencontre ce genre de prospect il ne faut surtout pas perdre son temps, il faut vite passer au suivant et ne jamais insister ! s’il est ne serait-ce qu’un tout petit peu intéressé, il reviendra de lui-même, et là ce sera gagné !!!

  2. Le statut de VDI présente bien des avantages sur le plan fiscal que social. En revanche, pour réussir, il faut une réelle implication pour y gagner bien sa vie. La réussite facile que certains annoncent est illusoire.
    Laurent Articles récents..Parenthese Café crée son académieMy Profile

    • Bonjour Laurent, et bienvenue sur le blog,

      En effet, on a rien sans rien ! Il s’agit d’un véritable travail, il faut donc bosser et aller au charbon ! Et ce n’est qu’après que l’on peut récolter les fruits de son travail. Mais quel travail agréable !

Speak Your Mind

*

CommentLuv badge

Ce blog est dofollow ! 

Boosté par WP-Avalanche